L’accessibilité ; pourquoi et comment
prévoir les technologies pour tous.

Photo de Mathieu Halle et Michel-Anthony Borde

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) la déficience visuelle est le stade final d’une atteinte visuelle lorsque les différents traitements (médicaux, lasers, injections, chirurgicaux)
sont épuisés ou limités à empêcher une aggravation.

On parle alors dans ce cas d’une déficience visuelle. Au Canada cependant, sa définition change selon ce que reconnaissent les différents paliers gouvernementaux. Au fédéral, la déficience visuelle est définie si l'acuité visuelle des yeux est de 20/200 (6/60) ou moins sur la carte Snellen ou l'équivalent.

(Le tableau de Snellen est utilisé par les professionnels des soins oculaires et d'autres pour mesurer l'acuité visuelle. Ce tableau est l'invention de l'ophtalmologiste hollandais Herman Snellen, qui l’a développé en 1862. Il est l'outil universellement accepté comme test de l'acuité visuelle).

Tableau de Snellen (Infographie)

En comparant avec les juridictions provinciales du pays, l’accès aux services est déterminé par des conditions beaucoup plus strictes. Une personne doit être admissible au Crédit d'impôt pour personnes handicapées (CIPH). De plus, son admissibilité est principalement basée sur son degré de vision, et non sa capacité à se débrouiller au quotidien. À l’inverse, le gouvernement du Québec permet à une personne ayant un diagnostic de déficience visuelle et des incapacités significatives qui ont un impact sur son développement et sur la réalisation de ses tâches quotidiennes d’avoir accès aux services gouvernementaux. Bref, chaque province décide des critères d’accès aux mesures / services d’aide qu’elles offrent.

Les causes de la déficience visuelle

Les causes de la déficience visuelle sont extrêmement nombreuses. Dans les pays développés comme le Canada, les principales pathologies sont : La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) avec 1 574 000 personnes, le glaucome avec 294 600 personnes, la rétinopathie diabétique avec 749 800 personnes, La myopie forte, les maladies génétiques, etc... La cataracte compte à elle seule pour 3 541 000 personnes (Rapport Le coût de la perte de vision, INCA). Les autres causes sont extrêmement variées et elles peuvent toucher toutes les structures du globe oculaire, toutes les voies optiques (ex : atrophies des nerfs optiques…) jusqu’aux structures cérébrales impliquées dans la vision.

Quelques chiffres

Au Canada, la population totale de personnes déficientes visuelles est de 1.5 million, avec 5.59 millions d’autres qui ont une maladie oculaire qui pourrait leur faire perdre la vue. L’atteinte visuelle peut s’accompagner d’autres atteintes physiques dont les répercussions vont se combiner avec celles liées à l’atteinte visuelle. Grâce aux progrès de la médecine, le nombre de personnes aveugles ne cesse de diminuer. Actuellement, elle se situe à 10% contre 90% chez les personnes semi voyantes.

Un bon réseau de soutien

Le réseau de soutien pour les personnes souffrant d’une déficience visuelle est très bien organisé. Souvent à l’intérieur d’une structure associative ou gouvernementale, on dénombre environ une cinquantaine de ses organismes spécialisés ; soutien à la scolarité, soutien aux parents d’enfants handicapés visuels, encadrement pour la pratique sportive, transport adapté, piétons,… que ce soit à Montreal et sa proche banlieue, comme dans les régions plus éloignées.

Listes QC et CAD

Vous êtes à l’extérieur du Canada ? Nous vous invitons à prendre contact avec votre association nationale
afin d’obtenir plus d’informations et de l’aide pour commencer votre virage vers l’accessibilité du Web
Parlons des Yeux (logo)

Les technologies et services Pitchonair Inc. sont partenaires de l’initiative Parlons des yeux, fondée et présidée par Michel-Anthony Borde pour repenser l’avenir professionnel de la communauté déficiente visuelle du Canada.

Pourquoi avoir rendu Pitchonair accessible ? L’histoire d’une rencontre.

❝À l’automne 2019 je participais à l’événement #tEknOtEk! organisé à Longueuil par TechnoCompétences pour les élèves du secondaire.❞ précise Mathieu Halle, président et cofondateur de Pitchonair. ❝Après le panel ou nous avons parlé des métiers en technologie et du parcours de chaque panéliste, je suis retourné à mon stand ou je faisais des démos de notre service à des profs et leurs élèves. Soudainement est apparu devant moi un grand jeune homme, droit comme un ❝i❞, très sûr de lui et qui m’a demandé – ❝est-ce que votre plateforme est faites pour nous ?❞. Ce jeune homme c’était Michel-Anthony Borde, étudiant à l’école Jacques-Ouellette (seule école québécoise spécialisée en déficience visuelle) et fondateur de l’organisme Parlons des yeux.

❝Au début je pensais qu’il me demandait cela à cause de sa couleur de peau. J’étais surpris mais j’ai souri en disant que notre logiciel se voulait justement sans biais et ne distinguait pas la couleur de peau, mais uniquement les émotions du visage.❞ En effet, l’intelligence artificielle de Pitchonair se veut un exemple de lutte contre les biais cognitifs de l’I.A. ❝Il m’a alors répondu en éclatant de rire – non ce n’est pas pour ça que je dis ça. Je suis aveugle, moi non plus je ne vois pas ma couleur de peau❞ Audacieux et très confiant en lui ce jeune.

Pitchonair et clavier braille (Photo)

❝La professeure qui l’accompagnait m’a alors expliqué en détails ce que fait son école, les défis de ces jeunes et les besoins de la communauté aveugles et amblyopes en générale que ce soit dans la vie de tous les jours comme dans la vie professionnelle. Les barrières à l’emploi et à l’inclusion sociale, en plus de la confiance fragile de ces personnes.❞ Merci encore à Céline Archambault, l’enseignante de l’école Jacques-Ouellette pour se wake-up call.

❝Après l’événement, j’ai passé des jours à faire des recherches, lire, discuter avec des gens et par chance une personne dans notre équipe avait déjà travaillé sur l’accessibilité du Web. Nous avons donc entrepris de rendre notre logiciel accessible et Michel-Anthony est rentré en stage chez nous en mars 2020… mais la pandémie liée au coronavirus à tout mis sur la glace jusqu’en octobre dernier. Depuis, notre site et notre application BtoC et BtoB sont en chantiers pour être aux normes de W3C Web Accessibility Initiative (WAI). C’est un processus très enrichissant face à un enjeu très important et qui impact des millions de gens dans le monde. Nous avons le sentiment de répondre à une responsabilité sociale tout en s’ouvrant à une clientèle à laquelle, honnêtement, nous n’avions pas pensé et que nous ne connaissions pas. Erreur fièrement réparée.❞ conclu Mathieu Halle.

Témoignages

Michel-Anthony, aveugle, stagiaire chez Pitchonair, étudiant à l’école Jacques Ouellette et fondateur de l’organisme Parlons des yeux.

❝Il est indispensable pour une personne déficiente visuelle de posséder d'excellentes aptitudes communicationnelles. Que ce soit pour se présenter, se vendre lors d'un entretien d'embauche ou simplement pour demander de l'aide au quotidien, elle devra faire appel à ces compétences tout au long de son évolution dans le monde qui l'entoure.

En devenant accessible aux personnes ayant un handicap visuel, Pitchonair démontre une réelle ouverture à l'accessibilité de sa technologie, mais plus largement à d'autres groupes d'usagers ayant d'autres handicaps. Étant moi-même un fort défenseur de l'accessibilité, je suis fier d'avoir contribué, par mes recommandations d’utilisateur, à rendre accessible un outil de plus qui aidera réellement les membres la communauté déficiente visuelle à prendre confiance en elle dans sa communication verbale❞

École Jacques Ouellette - Céline Archambault, enseignante

❝Beaucoup de sites et d’applications ne sont pas encore accessibles pour les personnes vivant avec un handicap visuel. C’est pour cette raison que je suis particulièrement touchée de constater que « Pitchonair » a à cœur le souci de rendre possible l’utilisation de leur plateforme à tous.
Notre rencontre a permis un partenariat génial ; rencontres et discussions avec des élèves, tests de l’application avec ceux-ci, stage dans l’entreprise... C’est avec des gestes de la sorte que l’accès au marché du travail pourra être plus inclusif.❞

INCA - Sarah Rouleau, chef des communications et du marketing, programmes francophones

La Fondation INCA lève son chapeau à l’équipe de Pitchonair qui a pensé rendre leur application accessible pour les personnes aveugles ou ayant une vision partielle à l’étape de développement. L’accessibilité devrait toujours être pensée dès le début et non après coup. En plus d’être plus facile, cela assure que les personnes ayant une limitation visuelle puissent en bénéficier et participer pleinement à la communauté, tout en assurant les entreprises de rejoindre un plus large public. Pour créer un monde sans obstacle, où tous peuvent s’épanouir, il faut davantage de leaders comme Pitchonair, ayant à cœur de rendre leurs produits accessibles, qui sont visionnaires en pensant élargir leur clientèle et qui utilisent la technologie, dans ce cas l’intelligence artificielle, au service des personnes aveugles.❞

INCA est présent pour aider les entreprises qui souhaitent devenir plus accessibles et ouvrir leurs portes à de nouvelles opportunités.

Liens utiles pour commencer votre virage vers l’accessibilité du Web

Inscrivez-vous à notre infolettre !